Notre trésor, notre cerveau

J’ai mis quelques années à comprendre de quoi il en retourne. Et il n’y a pas si longtemps que j’ai compris sur quoi bosser pour me donner des ailes, aller de l’avant et surtout calmer mes souffrances, apaiser mes blessures et vivre en paix avec moi-même. J’ai dévoré des tonnes de livres sur le sujet, je pratique le yoga depuis plus de 10 ans et depuis peu toute nouvelle sophrologue. J’ai fini par toucher du bout des doigts la face cachée de l’iceberg. Même si je suis très mystique, beaucoup spirituellement laïque et passionnément Spinoziste, je suis quand même un peu cartésienne. Avec le développement des neurosciences et l’engouement du bien-être, notre cerveau nous a bien caché tous ces trésors et nous sommes encore loin d’avoir tout compris. Mais celui-là, y est pour beaucoup.

Et comme nous dit : Tony Buzan dans un de ces livres en reprenant une citation de Montaigne

« Il vaut mieux avoir une tête bien faite qu’une tête bien pleine ».

Mais avant de rentrer dans le vif du sujet et vous donner les moyens d’y parvenir, il faut comprendre un peu comment cela fonctionne.

Les 3 piliers de l’estime de soi

La confiance en soi, c’est croire en soi, en ses capacités et se fier à soi. Mais celui-ci découle de l’estime que l’on a de soi. C’est un peu complexe et on n’a un peu de mal à différencier l’un et l’autre et pourtant, il y a bien une différence mais les 2 sont liés. L’estime de soi c’est grosso modo:

Un ados a dit un jour lorsqu’on lui a posé la question :

« L estime de soi, c’est comment on se voit et,  si ce qu’on voit,  on l’aime ou pas ».

Alors pour comprendre la confiance en soi, il faut donc d’abord travailler sur l’estime de soi.

  1. l’amour de soi
  2. la vision de soi
  3. la confiance en soi

1 L’amour de soi.

Je ne vais pas tergiverser. Je préfère rester claire et pour faire simple, je vous dirais  :

« Aimez vous comme vous aimez vos enfants, votre compagnon ou votre compagne, vos amis, etc… ».

C’est un peu comme cela que je définis le concept. Donnez-vous un amour inconditionnel de vous-même, d’accepter  vos défauts et vos qualités, sans aucune contrepartie et cela malgré les échecs ou les difficultés du moment à venir ou en cours.

Aimez vous

Dites vous : J’adore cette phrase qui vient de Alexandre Jollien. 

 » c’est le bordel mais c’est pas grave »


Portez-vous un regard sans jugement et bienveillant à votre encontre. Soyez indulgent avec vous-même. Dites-vous une chose : « Est ce que penserez ainsi ou parlerez de cette manière à votre meilleur ami!  » NON, bien sûr que non! Vous êtes beaucoup plus indulgent avec les autres.

Alors à partir d’aujourd’hui, soyez INDULGENT.

Attention, on ne parle pas là de narcissisme, d’aimer que votre image (bon c’est bien de se sortir beau) mais pas seulement.  NON!!!

Aimez vous pour de vrai, dans votre entièreté, dans votre globalité avec vos défauts et d’en rire le plus souvent possible. C’est dans l’autodérision que nous guérison et c’est bon!

2 La vision de soi

La vision de vous-même

Beaucoup plus délicat voir difficile à comprendre. Nous sommes sur le regard que l’on porte sur soi, donc l’image que l’on a de soi. Cette image en grande partie fondée sur ses défauts et ses qualités. Elle est en relation directe avec l’extérieur avec le regard des autres, l’expérience et son évolution depuis sa tendre enfance.  Car l’image que vous avez de vous est une chose mais celle que les autres, amis, proches, parents ont de vous en est une autre.

La fenêtre de Johari est très intéressante d’ailleurs pour en comprendre le sens. Je ferai un article d’ailleurs à ce sujet mais je vous mets déjà la principe.

La fenêtre de Johari

Bon avec tout çà, c’est pas simple. Sans oublier la part de l’environnement familiale ou social qui régit notre vision de nous-même. Une citation de #Ericberne me plait beaucoup d’ailleurs: « Tous les enfants naissent princes ou princesses se sont les parents qui les transforment en crapauds »1Bon soyons indulgent, c’est pas un métier facile d’être parent, ils font ce qu’ils peuvent et eux aussi, on des peurs qu’ils nous transmettent et nous charge d’une mission de vie qui parfois nous étouffe.

3 La confiance en soi.

Bon çà y est, on y vient enfin! Avec les 2 premiers piliers, « c’est votre capacité d’agir de manière adéquate dans les situations importantes », je trouve que c’est la meilleur définition trouvée dans le livre de « l’estime de soi, s’aimer pour mieux vivre avec les autres » de André et Lelord que je vous conseille les yeux fermés. Lisez le,  annotez le et gardez le en cas de besoin., c’est votre bible. En tout cas, c’est la mienne. Ce livre m’a fait du bien. Nous sommes pas tous égaux à ce titre et chacun devra faire sa part pour renforcer sa confiance.  Et si votre confiance est défaillante que vous vous dites genre  :

  • Je suis nul(le)
  • Mes opinions ne valent rien
  • Je ne suis pas très doué pour:
  • J’y arriverai pas
  • Je suis moche
  • J’angoisse rien qu’à l’idée de :

Alors c’est pas bon du tout, mais tout n’est pas perdu ce n’est pas une fatalité, vous avez en vous les ressources pour vous reconnecter à vous et trouver votre confiance.Bonne nouvelle, les recherches en neurosciences de ces dernières années ont démontré que le cerveau humain est doté d’une plasticité à toute épreuve, et que vous avez le pouvoir d’évoluer et de vous transformer en la personne que vous souhaitez. Bien sur cela demande de l’entrainement régulièrement. Il y a beaucoup d’exercices en développement personnel et la sophrologie est un atout.